Guerre contre le terrorisme: Syria Air Show 2014

L’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats Arabes Unis ont engagé leurs F-16 (General Dynamics)dans les opérations militaires en Syrie (en Libye, les EAU ont récemment engagé leurs Mirage 2000-9). Le Qatar, qui n’a pas participé, à ce jour (24/09), aux raids, a envoyé ses Mirage 2000 de Dassault Aviation. L’USAF a employé, pour la première fois, ses F-22 (Lockheed Martin), alors que la France a engagé ses Rafale (Dassault Aviation) en Irak, surtout. La guerre sera longue, et les industriels de la défense s’attendent à des retombées directes en matière de communication sur leurs systèmes.

Les Russes, qui viennent de perdre du Sukhoï de l’Armée syrienne abattu par un Patriot israélien, semblent en marge de l’air show, même si les hélicoptères et autres Yak, MiG et Sukhoï sont surexploités par Damas. Les Iraniens viennent de présenter (23/09) le dernier-né de leurs drones développés localement, un drone doté de missile, alors que le Hezbollah libanais pro-iranien emploie dans ses combats contre les djihadistes des drones iraniens dont un drone armé, semble-t-il. Russes et Iraniens bénéficient moins de la médiatisation de leurs systèmes relégués au deuxième rang de l’air show. Les industriels américains sont les premiers bénéficiaires de cette médiatisation, avec la bienveillance et le soutien intéressé des médias américains piliers du Complexe Militaro-Industriel. Des avions de reconnaissance, des avions de combat, des drones (de fabrication américaine), des missiles dont des missiles de croisière Tomahawk, des bâtiments navals, et de multiples systèmes sont médiatisés donc grâce à cette nouvelle guerre, et ils sont majoritairement de fabrication américaine. Les industriels britanniques (BAE Systems) sont absents, encore aujourd’hui, et leurs Typhoon n’ont toujours pas été engagés, par la RSAF en l’occurrence. L’Armée de l’Air française, actuellement en mission de surveillance surtout en Irak, n’a pas manqué, au début de son engagement dans les raids, de diffuser des films et images de ses bombardements ciblés, offrant ainsi l’image d’une armée performante et hautement technologique. Les opérations risquent donc de durer plusieurs mois, et d’autres nouveautés peuvent être présentés à cet air show à tout moment.

Les pays arabes du Golfe engagés directement dans la guerre contre l’Etat Islamique, et qui offrent aussi pour certains leurs bases et leurs capacités logistiques, mettent en avant leurs moyens aériens comme un retour sur investissement qu’ils se doivent de montrer à cette occasion. Pour les dirigeants de ces pays, l’Armée de l’Air est à la fois un outil de rayonnement et de prestige, et une plateforme de progrès social aussi. Ainsi, les médias saoudiens ne manquent pas de diffuser les photos du prince Khaled Ben Salman Ben Abdulaziz, fils du prince héritier, vice-Premier ministre, ministre de la défense Salman Ben Abdulaziz, qui participe aux raids aériens contre les cibles terroristes en Syrie (d’autres membres de la famille royale saoudiennes sont également engagés dans les combats, comme pilotes aussi), alors que les médias émiratis tiennent à montrer l’engagement de la première femme arabe pilote Mariam al-Mansouri dans les opérations anti-terroristes.

RSAF – Prince Khaled Ben Salman Ben Abdulaziz
UAEAF – Mariam al-Mansouri