MENA: Les commandes militaires passées “à chaud” stimulent le marché


Les pays arabes passent le plus gros de leurs commandes militaires à chaud, jusqu’à négliger parfois certains impératifs stratégiques de long terme. Leurs planifications militaires et leurs stratégies de défense finissent par intégrer ces décisions prises dans des contextes particuliers, même si leurs choix, qu’ils concernent les systèmes d’armes ou les fournisseurs, sont faits sur la base de critères immédiats relevant de contextes géopolitiques, économiques et sécuritaires spécifiques.

Dans cette note de 2.635 mots, réservée à ses clients, MESP revient sur le Dubai Air Show 2015, et s’intéresse au contexte particulier dans lequel se tient cette année ce rendez-vous incontournable de l’aéronautique militaire (et civile). Les paramètres qui commandent les choix en matières de systèmes d’armes et de partenaires sont en évolution permanente: implication directe dans des guerres (Yémen etc.) ou dans des opérations militaires (coalition anti-ISIS), tensions sécuritaires (terrorisme etc.), contraintes financières et économiques, retournement d’alliances etc.

En conclusion, cette note arrive à la conviction que les pays arabes ont plus de chances, sous la contrainte et donc “à chaud”, de multiplier les commandes d’armes y compris les plus audacieuses, afin de répondre à des impératifs immédiats qui pourraient paraître, d’un point de vue occidental et savant, comme irrationnels et superflus… Contrairement à l’idée entendue dans certains cercles d’analystes, les commandes militaires ont peu de chances d’être annulées. Au pire, elles seraient décalées. Au mieux, elles pourraient être… accélérées et élargies…